Tu mûris ou tu suris. Fais ton choix !

Virginia Lee
La nature est bien faite. 

Lorsque ses fruits sont prêts à être cueillis, lorsqu'ils sont bien mûrs pour être dégustés, Mère Nature ne résiste pas. Elle laisse partir ses fruits afin qu'ils puissent réaliser leur « rôle de vie » à savoir perpétuer la VIE. 

Malgré nos certitudes présomptueuses concernant le règne végétal, des recherches récentes en éthologie, ont maintenant prouvé que plusieurs espèces végétales communiquent entre elles, et d'autres ont développé un instinct familial de survie. Les végétaux tissent des liens forts, comme une famille, afin de survivre dans leur écosystème, et certains se parlent même! (Pour les curieux, je vous suggère de visionner la conférence TED (durée13:50 min.) de Stefano Mancuso, neurobiologiste : les racines de l'intelligence végétale, ICI)

Les végétaux n'hésitent pas, lorsque le temps est venu, de quitter la SOURCE, car ils savent d'instinct, qu'après avoir été ce qu'ils sont appelés à ETRE, ils retourneront à cette même source. Qu'ils aient été mangés, abandonnés dans le frigo ou laissés pour mort sur le sol. Ils ne sont pas assiégés de doutes quant à leur rôle et à leur réalisation, car ils ne possèdent pas d'ego pour les berner. Aucunement. Ils finissent toujours par l'accomplir (transmettre la vie) quel qu’en soit le chemin pour y arriver. Même si je le détourne de l'utilisation pour lequel il est voué par essence, le fruit finit toujours par rejoindre sa source et permettre une renaissance.  Je n'ai aucun contrôle sur lui; que je le coupe, le brûle, l'écrase, le liquéfie, le mélange aux autres ou le jette sans scrupules.

Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux?


C'est pourquoi je vous dis: Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, 
ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture, 
et le corps plus que le vêtement? Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment ni ne 
moissonnent,et ils n'amassent rien dans des greniers; et votre Père céleste les nourrit. 
Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux? 


- Matthieu 6

C'est leur ego qui empêche les hommes d'être égaux


A contrario, je suis née avec une plaie; un ego. Cet ego est la partie de mon cerveau qui fausse la conscience que j'ai de moi et de la réalité de façon à m'asservir et me garder dans l'ignorance de ma magnificence. 

L'ego, tapit et sournois, attend un moment de faiblesse de ma part. Je dois m'en méfier. C'est une croyance qui me fait sentir toujours « moins », toujours « pas assez », toujours « pas prêt » ou qui me fait croire que TOI, tu es mieux ou pire que moi. Tant que je doute de mes capacités, de mon utilité dans la vie, que je me crois supérieure ou inférieure aux autres, ou qu'il existe quelque part un lieu, un emploi, une relation spéciale qui me rendraient enfin heureuse, l'ego est nourri et s'accroît. Et plus il prend de place, plus il m'éloigne de ma source. Il retarde mon éveil spirituel.  

Avec un mental fort, je dors au gaz.  Le pire, c'est que je ne sais pas que je dors, car ma vie semble alors un rêve éveillé.  Quand je rêve la nuit, habituellement, je ne sais pas que je suis en train de rêver.  Je ne fais que subir mon rêve jusqu'à ce que je me réveille. L'éveil spirituel met fin à ma vie dirigée par l'ego (rêve éveillé). Je peux enfin vivre sans illusion.

Soit je mûris soit je suris

Je décide de jouer pleinement mon rôle dans cette vie-ci ou je dépéris sur une tablette, malheureuse de mon existence parce que ce que je vois autour de moi me déplaît. J'ai donc le choix de mûrir (évoluer à un niveau de sagesse, d'expérience, de maturité émotive et spirituelle pour engranger des résultats favorables et jouer mon rôle) ou j'ai le choix de surir (laisser les croyances et mauvaises expériences me rendre irritable et amère au point d'en oublier qui je suis réellement). 

Quoi qu'il en soit, que je choisisse d'être l'acteur de ma vie ou un spectateur critique, il n'en demeure pas moins que j'ai un rôle défini à jouer. Soit j'apprends mon texte rapidement et je joue le bon rôle pour me permettre de passer à un autre acte, soit je me condamne moi-même à jouer un rôle de figurant ou une simple apparition, et vivre ma vie comme une vieille reprise de série B.

Bien que mon ego soit puissant, la Source (dans mon cas, j'aime l'appeler Dieu) m'aime au point de me laisser toutes les occasions nécessaires afin que je puisse me reprendre. Il n'est jamais trop tard. C'est l'amour inconditionnel à mon égard.  Cette Source a confiance que tôt ou tard, je lâcherai prise et accepterai de mûrir. Elle n'a aucun doute en mes capacités.  Je devrais faire pareil.

Ben beau tout ça, mais c'est quoi mon rôle?  Je n'ai reçu aucun texte à apprendre! Et surtout, je n'ai passé aucune audition.  Laissez-moi tranquille et vivre ma vie comme je (ego) l'entends. Je ne vous ai rien demandé...

Bah... J'ai le choix.  Soit j'apprends par la souffrance en résistant consciemment ou en niant l'évidence de tout cela (et je rejoue sans cesse la même cassette démodée), soit je chemine dans la joie du lâcher prise et je passe rapidement à du neuf.  Me semble que le choix est facile?  Non. Pfff!



Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple?!


Commentaires

Articles les plus lus :